L’usine d’eau potable plongée dans un grand bain de jouvence

25 mars 2019

Les crues de 2003 et 2008 avaient mis au jour ses fragilités, en troublant son eau au point de la rendre impropre à la consommation. L’usine de production d’eau potable de Nevers ne devrait plus vivre pareille situation, synonyme de pénurie pour des milliers d’abonnés, au printemps 2020, quand sera achevé le chantier de réhabilitation et de modernisation décidé par Nevers Agglomération.
Le montant de cette opération se porte à 5,6 M€ HT (7,3 M€ TTC). Les travaux sont subventionnés par l’Union européenne à hauteur de 750 000 €.
Débuté en février, le chantier a été symboliquement marqué par la pose de la première pierre, vendredi 22 mars, Journée mondiale de l’eau. Denis Thuriot, président de Nevers Agglomération, était accompagné pour la circonstance d’Isabelle Bonnicel, vice-présidente en charge du cycle de l’eau, et de Fabrice Berger, vice-président en charge de la valorisation des déchets, d’agents du service Eau et Assainissement de l’agglomération et de représentants des entreprises à l’œuvre au Peuplier-Seul (le lieu-dit mitoyen du port de la Jonction) sur lequel l’usine a été construite en 1982.