Aménagements et crues de la Loire

  • Les crues : phénomènes fréquents

    La Loire est un fleuve capricieux. Comme le montre cet histogramme représentant les hauteurs d’eau annuelles maximales mesurées durant le 20ème siècle, la Loire déborde régulièrement de son lit mineur. Et ce n’est pas nouveau. Dès le moyen-âge, l’homme a voulu réduire les effets des crues en trouvant des solutions techniques de protections. Il installe des turcies... > 12e s., les turcies... > retour au (...)

  • 12e s., les turcies

    Les premières protections datent du Moyen-Âge Dès le Moyen Âge, les habitants des bords de Loire ont essayé de cultiver et défricher les terres fertiles et limoneuses de la vallée. L’aménagement du fleuve remonte à la mise en place de 44 km de turcies selon la charte de Henri II Plantagenêt. Le roi a fait construire des protections dans les régions de Bourgueil et de Saumur au milieu du XIème siècle. Elles permettent de limiter les dégâts de l’inondations de 1162.
    Les turcies, des protections (...)

  • 15e s., 2 sortes d’aménagements

    Des ouvrages dans le lit mineur pour la navigation Dans le lit mineur du fleuve des ouvrages prennent place. Ils permettent à la Loire d’être un trait d’union navigable important à l’intérieur de la France. En effet, au XVème, la Loire est la voie de circulation la plus importante du royaume. La Fontaine compare même Orléans à un petit Constantinople tant il y a de bateaux.
    Des ouvrages pour améliorer les protections Au XVème siècle, en 1482, Louis XI mise sur l’entretien des turcies pour la (...)

  • 1606, la levée de Saint Antoine

    1606, construction de la levée de Saint-Antoine Les premières traces d’édification de levées à Nevers remontent à 1606 avec la réalisation de la levée Saint-Antoine en rive gauche de la Loire. Ce premier ouvrage a pour but de mettre hors d’eau le chemin reliant Plagny au vieux pont de Loire. Quelques années plus tard, l’ouvrage est rompu par une crue, puis il est reconstruit.
    Les réalisations des levées créent des vals Les levées limitent les inondations des terres agricoles proches du fleuve pour les (...)

  • 1767, le pont de Nevers

    Le nouveau pont de Nevers est construit en 1767 La Loire formait devant Nevers deux bras séparés par une grande île. 3 ponts étaient nécessaires pour franchir la Loire. Le projet établi en 1763 considérait que le pont principal était en état suffisant pour ne pas nécessiter une reconstruction. La construction du pont de pierres de Nevers par Louis de Régemortes et Abraham Mossé débute en 1767. Il s’écroule en 1790 Le remplacement se fait par un pont provisoire en bois qui dura jusqu’en 1832, époque où (...)

  • 1789-1790, 2 crues destructrices

    Les embâcles de la crue de Janvier 1789 provoquent une brèche La débâcle de glace du 17 janvier 1789 répand une énorme quantité de glaces dans le val supérieur de Sermoise, rendant impraticable le chemin de halage et créant de larges ravins. Les embâcles sont arrêtées par le pont de Saint-Eloi et barrent la rivière. En rive gauche, à l’aval du pont, les glaces ouvrent une brèche d’environ 80 mètres dans la levée.
    La crue de 1790 endommage fortement le pont de pierre tout neuf Les travaux réalisés et les (...)

  • 18e s., rehaussement des levées

    Le rehaussement des ponts et des levées est décidé Au XVIIIème siècle, la physionomie des villes change, car la hauteur des eaux dans le lit endigué des crues est augmentée par les levées. On détruit les habitations des îles comme sur celles de Tours et d’Orléans. Le gouvernement royal engage une reconstruction des ponts afin de laisser passer des crues de niveaux supérieurs à 5,5 mètres. On assiste encore à l’exhaussement des levées et à leur allongement dans le Berry, le Nivernais et dans la basse (...)

  • 1822-1838, le canal latéral

    Le canal de Briare et le canal du Centre Au XVIIème siècle, Henri IV ordonne la construction du Canal de Briare. Il permet la liaison de la Loire à la Seine. Le canal de Briare est ouvert en 1642. En 1784, commence la construction du Canal du Centre qui doit relier la Saône à la Loire.
    Un canal de liaison hors d’eau Au début du XIXème siècle, le gabarit navigable et la variation des niveaux d’eau de la Loire ne répond plus à la demande de l’industrialisation florissante. Napoléon 1er prend la décision (...)

  • 1841, de nouveaux ouvrages

    L’embranchement de Fourchambault Les forges de Fourchambault, installée sur le site au début du XIXème siècle, peuvent profiter du canal latéral, à un détail près, le franchissement de la Loire. En 1841, dans la foulée de la réalisation du canal latéral, l’embranchement de Givry - Fourchambault est réalisé pour permettre aux bateaux de descendre du canal jusqu’au fleuve puis traverser la Loire pour acceder aux Forges situées sur l’autre rive. Ces choix économiques et techniques faits au XIXème siècle sont (...)

  • 1846, le plus fort débit du 19e s.

    La montée des eaux est fulgurante Lors de la crue d’octobre 1846, la Loire monte de plus de quatre mètres en trois heures et finit par dépasser de près d’un mètre son niveau maximum de 1825. Un tiers de l’étendue de la ville de Nevers est submergé. Les habitations du Bec d’Allier sont submergées et de nombreuses autres villes comme la Charité, Cosne, et Sancerre sont très éprouvées.
    Beaucoup de dégâts dans les ouvrages Plusieurs levées sont complètement détruites et des ponts sont partiellement ou (...)

0 | 10